Aller au contenu

Soumis aux caprices de la météo, les Baladins louent un chapiteau au cirque Albus afin d’assurer chaque représentation. Le « parapluie » planté sur un terrain vague derrière chez Toone à l’Ilôt Sacré à deux pas de la grand’place de Bruxelles accueille un public de plus en plus nombreux. Grâce au soutien de José Géal (Toone VII), la troupe bénéficie de l’eau et l’électricité. N’ayant pas les moyens de payer un gardiennage, les Baladins récupère une vieille roulotte destinée à la démolition pour assurer la surveillance nocturne. La vie s’installe autour du chapiteau.

Faire défiler vers le haut